expo-cantera-juill2020
festival-celtique-2020
cigale

CRUELA

(Béarn)

Cruèla si tu’m vòs aimar
Perqué e’m leishas tan sospirar ?
Jo be t’aimi dab amor e doçor
Uera la sofrença de ton aimador
Ça-vi lèu solatjar mas penas
Brisa mas cadenas
Mon còr qu’ei enclavat
Qu’ès tu qui l’as charmat

Be’n sofreishi mila turments
Quan jo no’t vei a tot momen(t)
Quan jo vei ta hredor e rigor
Tas duras manièras pèrdi la reson
Ages pietat de ma tendressa
Sias la mea mestressa
Qu’at volhes o que non
Serèi ton aimador

Los tons uèlhs be’n semblan dus lugrans
Non j’a arren de mei blanc que las tos mans
Ni la lua ni lo só suvant jo
Non an ni l’ua ni l’aude autant d’esplendor
(X2) : Veds l’estela maitinèla
Quoique ‘n sia tant bèla
Non porta autant d’esclat
Com tu as de beutat

Phonétique :
Cruèló si t’oum vóss aïma
Perqué e’m leichos tan souspira ?
Jou bi t’aïmi dab amour é douçour
Ouèro la soufrinço de toun aïmadou(r)
Ça-vi lèu solatya mas pènós
Brisa mas cadènós
Moun còr qu’ei inclavat
Qu’ès tu qui l’as charmat
Be’n soufreishi milo turments
Kouan jou no’t vei a tout moumen(t)
Kouan jou vei ta rédou(r) è rigou(r)
Tas durós manièrós pèrdi la rèsoun
Adgès pietat dé ma tendressó
Siós la meó mestressó
Qu’at volès ou que noun
Serèi toun aïmadou(r)
Lous touns uèls be’n semblan dus lugrans
Noun y’a arren dè mei blanc que lós tous mans
Ni la luó ni lou só suvant jou
Noun an ni l’uó ni l’audé autant d’esplendou(r)
(X2) : Veds l’esteló maïtinèló
Kaoké ‘n sió tant bèló
Noun pourtó aoutant d’esclat
Coum tu as de béutat

Traduction :
Cruelle, si tu ne veux pas m’aimer
Pourquoi me laisses-tu tant soupirer ?
Je t’aime avec amour et douceur.
Vois la souffrance de ton amoureux,
Viens soulager mes peines,
Briser mes chaînes :
Mon coeur est captif,
c’est toi qui l’as charmé
Je souffre mille tourments
Quand je ne peux te voir à tous moments,
Quand je vois ta froideur et ta rigueur,
Tes dures manières, je perds la raison !
Aies pitié de ma tendresse,
Deviens ma maîtresse.
Que tu le veuilles ou non,
Je serais ton amoureux.
Tes yeux semblent deux astres,
Il n’y a rien d’aussi blanc que tes mains
Ni la lune ni le soleil, selon moi,
N’ont autant de splendeur.
Vois l’étoile du matin,
Bien que si belle,
(Elle) Ne porte autant d’éclats
Que toi de beauté

Ci-après, un extrait du chant lors du concert de sortie de stage à Saignon (Luberon, 84) en Août 2017 (Merci à Pascal Caumont et au CIRMA pour la transmission) :